ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Tinéafine® Comprimés:Bailleul (Suisse) SA
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Terbinafinum ut Terbinafini hydrochloridum
Excipients: Excipiens pro compresso

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Comprimés à 125 mg (sécables, pour l'utilisation chez l'enfant) et à 250 mg (sécables).

Indications/Possibilités d'emploi

Onychomycose (mycose des ongles) causée par des dermatophytes (champignons filamenteux).
Dermatomycoses et mycoses des cheveux causées par des dermatophytes tels que Trichophyton spp. (p. ex. T. rubrum, T. mentagrophytes, T. verrucosum, T. tonsurans, T. violaceum), Microsporum canis et Epidermophyton floccosum.
Affections étendues et sévères dues à des champignons filamenteux (Tinea corporis, Tinea cruris, Tinea pedis et Tinea capitis) ou à des levures du genre Candida (p. ex. Candida albicans) – uniquement lorsqu’un traitement oral est jugé nécessaire en raison de la localisation, de la gravité et de l’étendue de l’infection.
Tinéafine par voie orale est inefficace contre la candidose vaginale et le Pityriasis versicolor.

Posologie/Mode d'emploi

La durée du traitement est fonction de l’indication et de la gravité de l’infection.
Il faut veiller à ce que le traitement soit pris suffisamment longtemps. Une trop courte durée du traitement et/ou la prise irrégulière du médicament comportent un risque de récidive.
Les comprimés doivent être pris par voie orale avec un peu d'eau, de préférence tous les jours à la même heure. La prise peut se faire indépendamment des repas.
Posologie usuelle
Adultes: 250 mg 1×/jour.
Adolescents >40 kg (généralement >12 ans): 250 mg 1× par jour.
Enfants entre 20 et 40 kg (5–12 ans): 125 mg 1× par jour.
Enfants <20 kg (généralement <5 ans): comme des expériences contrôlées sont encore peu nombreuses pour ce groupe, le médicament ne devrait être utilisé que lorsqu’aucune alternative thérapeutique n’est disponible et lorsque le bénéfice est supérieur au risque présumé.
L’expérience avec l’administration orale de Tinéafine chez les enfants en dessous de 2 ans manque, son utilisation chez ce groupe de patients ne peut donc être recommandée.
Durée du traitement
Tinea corporis, cruris: 2-4 semaines.
Tinea capitis: 4 semaines.
Tinea pedis (atteinte interdigitale, plantaire/type mocassin): 2–6 semaines.
Candidose de la peau: 2–4 semaines.
Onychomycoses causées par des dermatophytes: 6-12 semaines.
Les patients présentant une croissance des ongles plus lente peuvent nécessiter une durée du traitement plus longue.
Atteinte des ongles des mains: une durée de traitement de 6 semaines est suffisante dans la plupart des cas.
Atteinte des ongles des pieds: une durée de traitement de 12 semaines est suffisante dans la plupart des cas.
Il est fréquent que la guérison clinique n’intervienne que quelques mois après des résultats mycologiques négatifs. Cela est dû au fait que l’ongle sain met du temps à repousser.
Conduite à tenir en cas d'oubli de la prise de comprimés
Si le patient oublie de prendre un/des comprimé(s), il doit le/les prendre dès qu'il s'en aperçoit. Du fait des propriétés pharmacocinétiques de la terbinafine, il ne doit cependant pas prendre la dose oubliée s'il reste moins de 4 heures avant la prise suivante.
Posologies spéciales
Patients âgés
Rien ne permet d’affirmer que le patient âgé requiert une posologie spéciale. La présence d’une insuffisance rénale et/ou hépatique est une éventualité dont il faut tenir compte chez le sujet âgé (cf. «Insuffisance rénale»).
Insuffisance rénale
Il n’existe pas de données cliniques suffisantes concernant l’emploi de Tinéafine comprimés chez les insuffisants rénaux. Tinéafine comprimés n’est donc pas recommandé chez ces patients (voir «Mises en garde et précautions» et «Pharmacocinétique»).
Insuffisance hépatique
Tinéafine comprimés est déconseillé chez les patients souffrant de pathologies hépatiques chroniques ou actives (voir «Mises en garde et précautions» et «Parmacocinétique»).
Mesures adjuvantes
Afin de prévenir une réinfection par le linge, les chaussettes, les chaussures, etc., une bonne hygiène corporelle et vestimentaire est indispensable.

Contre-indications

Hypersensibilité connue à la terbinafine ou à l’un des excipients de Tinéafine comprimés.

Mises en garde et précautions

Tinéafine sous forme orale ne devrait être utilisé pour traiter les mycoses que lorsque celles-ci ne peuvent pas être traitées par voie topique.
L’utilisation chez les enfants <20 kg n’est pas recommandée: cf. «Posologie/Mode d’emploi».
Fonction hépatique
Des études pharmacocinétiques de dose unique menées sur des patients présentant une affection hépatique préexistante ont montré que la clairance de la terbinafine peut être environ réduite de moitié.
L’utilisation de Tinéafine comprimés n’est pas recommandée chez les patients atteints d’une affection hépatique chronique ou active. Avant l’instauration d’un traitement par comprimés de Tinéafine, la présence d’une affection hépatique préexistante sera recherchée lors d’un examen médical qui comprendra au minimum les dosages de l’ASAT et de l’ALAT. Ainsi, des taux de référence seront simultanément obtenus pour faciliter les contrôles faits durant le traitement.
Une hépatotoxicité peut apparaître chez les patients avec ou sans affection hépatique préexistante. Des contrôles réguliers (toutes les 4 à 6 semaines) des paramètres hépatiques sont donc recommandés. En cas d'élévation des paramètres hépatiques, Tinéafine doit être immédiatement arrêté.
De très rares cas d'insuffisance hépatique sévère (dont certains ont eu une issue fatale ou ont nécessité une transplantation hépatique) ont été rapportés chez des patients sous Tinéafine comprimés. Dans la majorité des cas de défaillance hépatique, les patients présentaient une maladie systémique préexistante grave, et le lien de causalité avec la prise de comprimés de Tinéafine n'a pas été clairement établi. Les patients se voyant prescrire des comprimés de Tinéafine doivent être priés d'informer immédiatement leur médecin dès l'apparition des symptômes suivants: nausées persistantes, manque d'appétit, fatigue, vomissements, douleurs dans la région abdominale supérieure droite, jaunisse, urine foncée ou selles décolorées. Les patients présentant de tels symptômes devront arrêter la terbinafine orale et leur fonction hépatique devra être contrôlée immédiatement.
Fonction rénale
Il n’existe pas de données cliniques suffisantes concernant l’emploi de Tinéafine comprimés chez les patients présentant une fonction rénale diminuée (clairance de la créatinine <50 ml/min. ou créatinine sérique >300 µmol/l). Son utilisation est donc déconseillée chez ces patients (voir «Pharmacocinétique»).
Réactions d'hypersensibilité/réactions cutanées graves
De très rares cas de réactions cutanées graves (par ex. syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, exanthème médicamenteux avec éosinophilie et symptômes systémiques [syndrome de DRESS]) ont été rapportés chez des patients traités par Tinéafine comprimés. Un syndrome de DRESS peut s'accompagner non seulement de réactions cutanées et d'éosinophilie, mais aussi d'une ou de plusieurs des manifestations organiques suivantes: hépatite, néphrite interstitielle, pneumopathie interstitielle, myocardite, péricardite. Si une éruption cutanée progressive ou d'autres symptômes d'une éventuelle hypersensibilité surviennent, il convient d'interrompre le traitement par les comprimés de Tinéafine.
Lupus érythémateux/psoriasis
La terbinafine doit être utilisée avec prudence chez les patients présentant un psoriasis ou un lupus érythémateux (cutané ou disséminé) préexistants car des exacerbations ou l'apparition pour la première fois de ces maladies a été rapportée pendant la surveillance post-commercialisation.
Effets hématologiques
De très rares cas de modifications de la formule sanguine (neutropénie, agranulocytose, thrombopénie, pancytopénie) ont été rapportés chez des patients traités par Tinéafine comprimés. L'étiologie des dyscrasies sanguines survenant chez ces patients doit faire l'objet d'une évaluation. Il faudra envisager de modifier éventuellement la posologie voire même d'interrompre le traitement par Tinéafine comprimés.
Des essais in vitro et in vivo ont montré que la terbinafine inhibe l'enzyme hépatique CYP2D6. Les patients traités par des médicaments qui sont métabolisés principalement par le CYP2D6 (comme les antidépresseurs tricycliques, les bêta-bloquants, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, les antiarythmiques de la classe 1A, 1B et 1C ou les inhibiteurs de la MAO du type B), doivent être surveillés en conséquence, surtout s'il s'agit de substances présentant une marge thérapeutique étroite (cf. «Interactions»),

Interactions

Effets d'autres médicaments sur la pharmacocinétique de la terbinafine
La clairance plasmatique de la terbinafine peut être augmentée par les médicaments inducteurs du cytochrome P450 et diminuée par les inhibiteurs du cytochrome P450. Lorsque ces produits doivent être administrés simultanément, il y a lieu d'ajuster la posologie de Tinéafine comprimés en conséquence.
En association avec la cimétidine, une diminution de 30% de la clairance de la terbinafine et une augmentation de 34% de l'AUC ont été observées.
L'association avec le fluconazole induit une augmentation de 52% de l'AUC et de 69% de la Cmax, par inhibition des enzymes CYP2C9 et CYP3A4. Des effets similaires peuvent se produire lors d'associations avec d'autres principes actifs inhibant les CYP2C9 et CYP3A4, tels que le kétoconazole et l'amiodarone.
L'association avec la rifampicine induit une augmentation de 100% de la clairance. L'AUC et la Cmax ont été diminués dans 50% resp. 55% des contrôles.
Effets de la terbinafine sur la pharmacocinétique d'autres médicaments
La terbinafine a augmenté la clairance de la ciclosporine de 15% (réduction de l'AUC de 13%).
Une diminution de 21% de la clairance de la caféine administrée par voie IV a été induite par la terbinafine.
Médicaments métabolisés surtout par le CYP2D6
Des essais in vitro et in vivo ont par contre démontré que la terbinafine inhibait la voie métabolique par le CYP2D6. Ces observations pourraient avoir une importance pour les substances qui sont métabolisées principalement par cette voie (comme p.ex. quelques médicaments des classes suivantes: les antidépresseurs tricycliques, les bêta-bloquants, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, les antiarythmiques de la classe 1A, 1B et 1C ou les inhibiteurs de la MAO du type B) surtout lorsqu'elles présentent une marge thérapeutique étroite (cf. «Mises en garde et précautions»).
La terbinafine a diminué de 82% la clairance de la désipramine et a augmenté l'AUC d'un facteur 5.
Dans des études chez des sujets sains, identifiés comme métaboliseurs rapides du dextrométhorphane, un antitussif (substrat du CYP2D6), la terbinafine a augmenté le rapport métabolique du dextrométhorphane/dextrorphane dans l'urine en moyenne d'un facteur 16 à 97. Par conséquent, la terbinafine peut transformer ces sujets initialement métaboliseurs rapides par le CYP2D6 en métaboliseurs lents.
Médicaments métabolisés par d'autres voies
Selon les résultats d'essais in vitro et d'études chez des volontaires sains, la terbinafine entraîne une inhibition ou une induction négligeables de la clairance de la plupart des médicaments métabolisés par le système du cytochrome P450 (par ex. terfénadine, triazolam ou contraceptifs oraux), à l'exception de ceux métabolisés par le CYP2D6 (cf. ci-dessus).
Les études cliniques n'ont montré aucune influence importante sur la pharmacocinétique du cotrimoxazole (triméthoprime et sulfaméthoxazole), de la digoxine, du fluconazole, de la phénazone, de la théophylline et de la zidovudine.
Les interactions entre la terbinafine et les anticoagulants courants se trouvant sur le marché suisse n'ont pas été étudiées; dans une étude avec la warfarine aucune interaction n'a été observée.

Grossesse/Allaitement

Les études de reproduction effectuées chez l'animal n'ont révélé aucun risque pour le fœtus, mais des études contrôlées n’ont pas été effectuées chez la femme enceinte. L’expérience clinique avec la terbinafine comprimés chez les femmes enceintes est très limitée.
Tinéafine comprimés ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, sauf en cas de nécessité absolue.
Bien que la terbinafine ne passe qu'en faible quantité dans le lait maternel, les patientes qui prennent Tinéafine devraient s'abstenir d'allaiter.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Il n'existe pas de données démontrant que les comprimés de Tinéafine influencent l'aptitude à la conduite ou l'utilisation de machines. Les patients présentant des vertiges au cours du traitement ne doivent pas conduire de véhicules ou utiliser de machines dangereuses.

Effets indésirables

Les effets secondaires suivants sont survenus au cours des études cliniques et pendant la surveillance post-commercialisation.
Fréquences
«Très fréquent» (≥1/10), «fréquent» (≥1/100, <1/10), «occasionnel» (≥1/1'000, <1/100), «rare» (≥1/10'000, <1/1'000), «très rare» (<1/10'000), «fréquence inconnue» (comme il s'agit essentiellement de rapports spontanés issus de la surveillance post-commercialisation, la fréquence exacte ne peut pas être estimée).
Circulation sanguine et lymphatique
Occasionnel: anémie
Très rare: neutropénie, agranulocytose, thrombopénie, pancytopénie.
Système immunitaire
Très rare: réactions anaphylactoïdes (y compris angioœdème), apparition précoce et exacerbation d’un lupus érythémateux cutané ou disséminé.
Fréquence inconnue: réaction anaphylactique, réactions de type maladie sérique (incluant éruption cutanée, prurit, urticaire, œdèmes, arthralgies, fièvre et tuméfaction des ganglions lymphatiques).
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Très fréquent: perte d'appétit.
Occasionnel: perte de poids (après une dysgueusie).
Quelques cas isolés d’une sévère diminution de l’absorption de nourriture ont été rapportés, conduisant à une perte de poids significative.
Troubles psychiatriques
Fréquent: dépression
Occasionnel: anxiété.
Système nerveux
Très fréquent: maux de tête.
Fréquent: vertiges, dysgueusie pouvant aller jusqu'à une perte du sens du goût, lesquelles sont habituellement réversibles après l'arrêt du traitement.
Occasionnel: paresthésies, hypoesthésie.
Très rare: dysgueusie persistante.
Fréquence inconnue: hyposmie, anosmie (y compris anosmie persistante).
Troubles oculaires
Fréquent: trouble visuel.
Fréquence inconnue: vision floue, diminution de l'acuité visuelle.
Oreille et conduit auditif
Occasionnel: acouphènes.
Fréquence inconnue: hypoacousie.
Troubles vasculaires
Fréquence inconnue: vascularite.
Troubles gastro-intestinaux
Très fréquent: sensation de réplétion, dyspepsie, nausées, douleurs abdominales légères, diarrhée.
Fréquence inconnue: pancréatite.
Troubles hépato-biliaires
Rare: augmentation des enzymes hépatiques, ictère, cholestase, hépatite, défaillance hépatique (y compris cas létaux et cas ayant nécessité une transplantation hépatique; voir «Mises en garde et précautions»).
Troubles cutanés
Très fréquent: éruption cutanée, urticaire.
Occasionnel: photosensibilisation.
Très rare: alopécie, exanthème psoriasiforme ou aggravation d'un psoriasis, éruption cutanée toxique, dermatite exfoliative, dermatite bulleuse, érythème multiforme, syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell (nécrolyse épidermique toxique), pustulose exanthématique aiguë généralisée.
Fréquence inconnue: exanthème médicamenteux avec éosinophilie et symptômes systémiques.
Troubles musculosquelettiques
Très fréquent: arthralgie, myalgie.
Fréquence inconnue: augmentation de la CK, rhabdomyolyse.
Troubles généraux
Fréquent: épuisement.
Occasionnel: fièvre.
Fréquence inconnue: maladie pseudogrippale

Surdosage

Quelques cas de surdosages jusqu'à 5 g ont été rapportés: les patients se sont plaints des symptômes suivants: céphalées, nausées, douleurs épigastriques et vertiges.
Le traitement recommandé consiste en l'élimination de la substance active par l'administration orale de charbon actif et, si nécessaire, en un traitement symptomatique supportif.

Propriétés/Effets

Code ATC: D01BA02
canisme d’action
La terbinafine est une allylamine à spectre d’action antifongique lors d’infections de la peau et des cheveux dues à des dermatophytes de type Trichophyton (p. ex. T. rubrum, T. mentagrophytes, T. verrucosum, T. tonsurans, T. violaceum) ainsi qu’à Microsporum canis et Epidermophyton floccosum; lors d’infections de la peau dues à des levures de l’espèce Candida (p. ex. C. albicans) et lors d’onychomycoses dues à des dermatophytes. Elle exerce une action fongicide sur les dermatophytes, les moisissures et certains champignons dimorphes. Son action sur les levures est fongicide ou fongistatique selon l’espèce.
La terbinafine intervient très tôt dans la biosynthèse de l’ergostérol fongique. Il en résulte un manque d’ergostérol et une accumulation intracellulaire de squalène, ce qui entraîne la mort de la cellule fongique. La terbinafine agit par inhibition de la squalène-époxydase dans la membrane cellulaire du champignon.
L’enzyme squalène-époxydase n’est pas dépendante du système cytochrome P450.
Efficacité clinique

Concentration inibitrice minimale in vitro

Espèces de champignons µg/ml

Sensibles:

 

Trichophyton rubrum

0,003–0,006

T. mentagrophytes

0,003–0,01

T. tonsurans

0,003

T. verrucosum

0,003

T. schönleinii

0,006

Microsporum canis

0,006–0,01

M. persicolor

0,003

M. gypseum

0,006

Epidermophyton floccosum

0,003–0,006

Partiellement sensibles:

 

Aspergillus fumigatus

0,1–1,56

Sporothrix schenckii

0,1–0,4

Candida albicans:

 

Levure

25–100

Mycélium

0,23–0,7

C. parapsilosis

0,8–3,1

Pityrosporum ovale

0,2–0,8

P. orbiculare

0,8

En expérimentation animale, à la suite d’administration orale de terbinafine, des concentrations fongicides dans la peau, les cheveux et les ongles sont atteints.

Pharmacocinétique

Absorption
Après administration orale, la terbinafine est bien absorbée (>70%). La biodisponibilité absolue à partir des comprimés de Tinéafine est, consécutivement à l'effet de premier passage, d'environ 50%. Suite à une dose unique orale de 250 mg, la concentration plasmatique maximale a été de 1.3 µg/ml et a été atteinte en 1.5 h.
La prise concomitante d'une alimentation riche en lipides entraîne un ralentissement de l'absorption et une augmentation de la biodisponibilité d'environ 20%.
État d'équilibre
Lors de l'administration quotidienne de terbinafine, l'état d'équilibre est atteint à env. 70% après 28 jours. Le pic de concentration à l'état d'équilibre était en moyenne de 25% plus élevé que lors de l'administration d'une dose unique et l'AUC plasmatique a été augmentée d'un facteur 2.3.
Distribution
La terbinafine est liée fortement aux protéines plasmatiques (99%). Le volume de distribution est de >2'000 l.
La terbinafine diffuse rapidement (en quelques minutes) dans le derme et se concentre dans le Stratum corneum lipophile. La terbinafine est aussi sécrétée dans le sébum. Des concentrations élevées sont également atteintes dans les cheveux, les follicules pileux et les parties de la peau riches en sébum. Des données semblent indiquer que la terbinafine diffuse également dans l'ongle au cours des premières semaines de traitement.
Les données sur le passage de la terbinafine dans le placenta humain et la circulation foetale sont insuffisantes. Moins de 0.2% de la dose administrée passe dans le lait maternel.
Métabolisme
La terbinafine est rapidement et complètement métabolisée en métabolites inactifs par au moins 7 isoenzymes du CYP, principalement par les isoenzymes suivants: CYP2C9, CYP1A2, CYP3A4, CYP2C8 et CYP2C19.
Élimination
Les métabolites de la terbinafine sont éliminés à raison de 71% dans l'urine et de 22% par les fèces.
À l'état d'équilibre, une demi-vie d'élimination d'env. 30 heures a été mesurée. Une élimination triphasique est cependant décrite dans la littérature, avec des demi-vies d'élimination atteignant jusqu'à 16,5 jours lors d'un traitement à long terme.
Cinétique pour certains groupes de patients
On n’a pas observé de modifications cliniquement significatives de la concentration plasmatique au steady-state liées à l’âge.
Des études pharmacocinétiques de dose unique menées sur des patients atteints d’une insuffisance rénale (clairance de la créatinine <50 ml/min.) ou présentant une affection hépatique préexistante ont montré que la clairance de la terbinafine peut être réduite de moitié environ.

Données précliniques

Dans une étude de carcinogénicité de plus de 2 ans portant sur l’administration orale à des souris, aucune transformation maligne ni phénomène anormal n’ont été mis en évidence à des dosages allant jusqu’à 130 mg/kg (mâles) et 156 mg/kg (femelles) par jour. Dans une étude de carcinogénicité de plus de 2 ans portant sur l’administration orale à des rats jusqu’à la dose maximale de 69 mg/kg/jour, une augmentation de l’incidence des tumeurs hépatiques a été observée chez les mâles. Ces modifications, pouvant être associées à la prolifération des péroxysomes, sont à considérer comme spécifiques de l’espèce car ils n’ont pas été observés lors d’études de carcinogénicité menées chez la souris, le chien et le singe.
Lors d’études sur les singes ayant reçu des doses élevées de terbinafine, des irrégularités de la réfraction rétinienne ont été observées (dose non toxique 50 mg/kg). Ces irrégularités étaient en relation avec la présence de métabolites de la terbinafine dans les tissus de l’œil et ont disparu avec l’arrêt de l’administration de la substance. Elles n’étaient pas associées à des modifications histologiques.
Aucune preuve en faveur d’un potentiel mutagène ou clastogène du médicament n’a été apportée par les tests de génotoxicité in vitro et in vivo habituels.
Aucun effet indésirable en rapport avec la fertilité ou d’autres paramètres de la fonction reproductive n’a été observé lors d’études chez le rat ou le lapin.
Une étude de 8 semaines menée chez de jeunes rats a montré, lors de l'administration d'une dose maximale de 100 mg/kg, une légère augmentation du poids du foie chez les femelles; alors que chez de jeunes chiens recevant ≥100 mg/kg/j (SSC environ 13× (mâles) et 6× (femelles) supérieure à celle chez les enfants), des troubles du système nerveux central (SNC) ont été observés, dont des crises convulsives isolées chez quelques animaux. Des résultats similaires ont été observés chez des rats ou des singes adultes lors d'exposition systémique après administration i.v. de terbinafine.

Remarques particulières

Remarques concernant l'entreposage
Les médicaments doivent être tenus hors de portée des enfants.
Ce médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.
Le médicament doit être conservé à l'abri de la lumière et pas au-dessus de 25 °C.

Numéro d'autorisation

57170 (Swissmedic)

Présentation

Comprimés à 125 mg (sécables, pour l'utilisation chez l'enfant): 14. [B]
Comprimés à 250 mg (sécables): 14 et 28. [B]

Titulaire de l’autorisation

Bailleul (Suisse) SA
1203 Genève

Mise à jour de l'information

Juin 2013.

2018 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home