ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Orlistat Spirig HC®:Spirig HealthCare AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Orlistatum.
Excipients: Color.: E132; excip. pro caps.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Capsules dures à 120 mg.
Capsules bleues de taille 1.

Indications/Possibilités d’emploi

Adultes
Orlistat Spirig HC est indiqué, en association avec un régime légèrement hypocalorique, dans le traitement de patients obèses (indice de masse corporelle [IMC] ≥30 kg/m²) ou de patients avec surpoids (IMC ≥28 kg/m²) présentant des facteurs de risque concomitants tels que diabète de type II, hyperlipidémie et hypertension.
Chez les patients répondant de manière insuffisante à des mesures de réduction pondérale appropriées, l'orlistat peut être utilisé en tant que traitement complémentaire du surpoids dû à l'alimentation, en association avec un régime hypocalorique et un programme d'activité physique. Le traitement par l'orlistat doit être arrêté si, au bout de 12 semaines, la perte de poids obtenue ne correspond pas à au moins 5% du poids initial.
Adolescents
L'adolescent obèse ne doit être traité par l'orlistat que lorsque des mesures prises dans le cadre d'un programme thérapeutique de 6 mois, comprenant un régime alimentaire équilibré et adapté à l'âge du patient ainsi qu'un programme d'activité physique, n'ont pas permis de modifier avec succès le comportement du patient. Chez l'adolescent, il convient d'envisager le traitement principalement lorsque l'obésité s'accompagne de complications.
L'orlistat n'est pas destiné au traitement de patients de moins de 12 ans.

Posologie/Mode d’emploi

La posologie recommandée d'Orlistat Spirig HC est d'une capsule à 120 mg lors de chacun des principaux repas (immédiatement avant, pendant ou jusqu'à une heure après). Si un repas est sauté ou ne contient pas de graisses, il convient de renoncer à la prise correspondante d'Orlistat Spirig HC.
Le patient doit suivre un régime légèrement hypocalorique et bien équilibré sur le plan nutritionnel, contenant environ 30% de calories sous forme de graisses. Il est recommandé que l'alimentation soit riche en fruits et en légumes. L'absorption quotidienne de graisses, de glucides et de protéines doit être répartie sur les trois repas principaux.
Les posologies supérieures à 120 mg trois fois par jour n'ont apporté aucun bénéfice supplémentaire.
L'innocuité et l'efficacité de l'orlistat ont été étudiées dans le cadre d'études cliniques d'une durée allant jusqu'à 4 ans.
Chez l'adolescent, un traitement par l'orlistat ne doit être instauré que lorsqu'un régime et une augmentation de l'activité physique ne permettent pas d'obtenir une réduction pondérale suffisante. Le traitement doit toujours être accompagné de contrôles du taux de vitamines et d'un programme d'encadrement.
L'orlistat doit uniquement être utilisé chez l'adolescent obèse dont l'IMC est supérieur à la valeur indiquée dans le tableau ci-dessous.
Définition internationale de l'obésité selon Cole

Age (ans)

IMC chez le garçon

IMC chez la fille

12

26,02

26,67

12,5

26,43

27,24

13

26,84

27,76

13,5

27,25

28,20

14

27,63

28,57

14,5

27,98

28,87

15

28,30

29,11

15,5

28,60

29,29

16

28,88

29,43

16,5

29,14

29,56

17

29,41

29,69

17,5

29,70

29,84

Chez l'adolescent, la durée du traitement ne doit pas dépasser un an, étant donné que l'on ne dispose d'aucune expérience d'un traitement au long cours. Pendant le traitement par l'orlistat, l'adolescent doit prendre chaque jour un produit polyvitaminique afin de prévenir une carence en vitamines pendant la puberté et la période de croissance. Le produit polyvitaminique doit être pris au plus tôt deux heures après la prise de l'orlistat, ou avant le coucher (voir «Mises en garde et précautions»).
Instructions spéciales pour la posologie
La tolérance et l'efficacité d'orlistat chez l'enfant de moins de 12 ans, chez la personne âgée ainsi que chez les insuffisants rénaux et/ou hépatiques n'ont pas été étudiées.

Contre-indications

Orlistat Spirig HC est contreindiqué chez les patients avec syndrome de malabsorption chronique, chez les personnes atteintes de cholestase, pendant l'allaitement ainsi qu'en cas d'hypersensibilité connue à l'orlistat ou à l'un des autres composants de la capsule conformément à la composition.

Mises en garde et précautions

Lors de l'administration simultanée d'Orlistat Spirig HC et de cyclosporine A, une réduction des concentrations plasmatiques de cyclosporine A a été observée. En cas de traitement concomitant par l'orlistat et la cyclosporine A, il est donc nécessaire de contrôler plus étroitement que d'habitude les concentrations de cyclosporine A. Il est recommandé de respecter un intervalle de 3 heures entre la prise des deux médicaments (voir «Interactions»).
Affection rénale
Les patients atteints d'une affection rénale doivent prendre l'avis de leur médecin avant de commencer un traitement par Orlistat Spirig HC, car la prise d'orlistat dans de rares cas peut être associée à une hyperoxalurie et à une néphropathie à l'oxalate.
Lévothyroxine
Une hypothyroïdie et/ou une diminution du contrôle d'une hypothyroïdie peuvent survenir dans de rares cas. Le mécanisme, bien que cela ne soit pas démontré, pourrait faire intervenir une diminution de la résorption des sels iodés et/ou de la lévothyroxine (voir «Interactions»).
Médicaments antirétroviraux
Une prudence particulière est de mise lors de la prise concomitante de médicaments antirétroviraux contre le VIH et d'orlistat. Des cas de diminution de l'efficacité des médicaments antirétroviraux contre le VIH ont été rapportés lors du traitement concomitant par l'orlistat (voir «Interactions»).
Les patients doivent être informés de la possibilité d'effets indésirables gastro-intestinaux (voir «Effets indésirables») et de la manière de les maîtriser au mieux, notamment en prêtant attention à la composition de la nourriture et, plus particulièrement, au pourcentage de graisses qu'elle contient. La consommation d'aliments pauvres en graisses réduit la probabilité d'effets indésirables gastro-intestinaux. Cela peut encourager les patients à surveiller et à moduler leur consommation de graisses.
Les patients doivent être invités à suivre leurs recommandations diététiques (voir «Posologie/Mode d'emploi»). La prise d'Orlistat Spirig HC avec un repas riche en graisses (l'ingestion de 2000 kcal/jour pour une proportion de graisses >30% correspond à l'absorption de plus de 67 g de graisses) peut accroître la probabilité d'effets indésirables gastro-intestinaux (voir «Effets indésirables»). L'apport quotidien de graisses doit être réparti sur les trois repas principaux.
Des posologies supérieures à la dose recommandée de 120 mg trois fois par jour n'entraînent aucune augmentation visible de l'effet, mais peuvent accroître les effets indésirables gastro-intestinaux.
Diabète
Dans les études cliniques, la perte de poids sous orlistat chez des patients souffrant de diabète de type 2 a été plus faible que chez des non-diabétiques. Lors de la prise d'orlistat, il convient que le traitement par des antidiabétiques soit étroitement surveillé.
Compte tenu de l'amélioration du contrôle glycémique, il convient, le cas échéant, d'adapter la dose d'antidiabétique oral ou d'insuline.
Le traitement par l'orlistat peut potentiellement compromettre l'absorption de vitamines liposolubles (A, D, E, K). Chez la plupart des patients traités pendant au maximum quatre ans au cours d'études à long terme, les concentrations de vitamines A, D, E et K ainsi que de bêta-carotène se sont maintenues dans les limites de la normale. Pour garantir un mode d'alimentation approprié chez les patients qui suivent un régime à des fins de contrôle pondéral, il convient d'insister sur une alimentation particulièrement riche en fruits et légumes. La prise d'un produit polyvitaminique à titre supplémentaire peut être envisagée.
Si une supplémentation vitaminique est recommandée, elle doit avoir lieu deux heures au moins après la prise de l'orlistat ou avant le coucher.
Adolescent
Chez l'adolescent, un examen médical doit être effectué après l'instauration du traitement ainsi qu'au bout de 6 semaines, puis tous les trois mois. La perte de poids doit être surveillée, étant donné qu'une perte de poids massive pendant l'adolescence est susceptible d'influer de manière négative sur la croissance.
Il convient d'arrêter le traitement au bout de trois mois si aucune diminution de l'IMC n'est observée ou si des effets indésirables significatifs apparaissent. Lors d'une perte de poids rapide, le médecin traitant doit vérifier la présence d'éventuels effets indésirables sur la croissance et sur le développement pubertaire ainsi que la formation d'éventuels calculs biliaires, afin de déterminer si le traitement doit être interrompu.
Un traitement par l'orlistat n'est pas indiqué chez l'adolescent non obèse (voir définition internationale de l'obésité chez l'adolescent).

Interactions

Dans une étude sur les interactions médicamenteuses, une diminution de la concentration plasmatique de ciclosporine a été observée; une telle baisse a également été signalée chez d'autres patients prenant simultanément l'orlistat. Cela peut entraîner une diminution de l'effet immunosuppresseur. Aussi l'association de ciclosporine et de l'orlistat n'est-elle pas recommandée (voir «Mises en garde et précautions»). Les patients traités par la ciclosporine doivent être étroitement surveillés après l'instauration du traitement par l'orlistat, de même qu'après l'arrêt de ce dernier (voir «Mises en garde et précautions»). La concentration plasmatique de ciclosporine doit être surveillée jusqu'à ce qu'elle se soit stabilisée.
En l'absence d'études pharmacocinétiques et pharmacodynamiques sur les interactions, l'administration concomitante d'orlistat et d'acarbose, de thiazolidinediones (glitazones), de glinides et d'anorexigènes n'est pas recommandée.
L'orlistat peut compromettre l'absorption de vitamines liposolubles (A, D, E et K). Chez la plupart des patients traités pendant au maximum quatre ans au cours des études cliniques sur l'orlistat, les concentrations de vitamines A, D, E et K ainsi que de bêta-carotène se sont maintenues dans les limites de la normale. Afin de garantir un apport suffisant de vitamines, il est recommandé que les patients suivant un régime aient une alimentation riche en fruits et en légumes et qu'ils prennent éventuellement un produit polyvitaminique. Lorsqu'une supplémentation vitaminique est indiquée, celle-ci doit avoir lieu au moins deux heures après la prise d'Orlistat Spirig HC ou avant le coucher.
Une réduction de 25–30% de l'exposition systémique à l'amiodarone et à la déséthylamiodarone a été observée lors d'une étude pharmacocinétique au cours de laquelle de l'amiodarone a été administrée par voie orale pendant un traitement par l'orlistat. Etant donnée la complexité de la pharmacocinétique de l'amiodarone, les répercussions cliniques de cette observation ne sont pas claires. Les conséquences de l'instauration d'un traitement par l'orlistat chez des patients suivant un traitement stable par l'amiodarone n'ont pas été étudiées. Il est possible que le bénéfice thérapeutique de l'amiodarone s'en trouve réduit.
Chez les patients recevant simultanément un traitement par l'amiodarone, une surveillance clinique et par ECG plus étroites sont justifiées.
Des crises ont été rapportées chez des patients recevant simultanément de l'orlistat et des antiépileptiques. Aucune relation causale n'a pu être établie à ce jour, mais il convient de surveiller ces patients dans l'optique de possibles modifications de la fréquence et/ou de la sévérité des crises épileptiques (voir «Effets indésirables»).
Des cas de diminution de l'efficacité des benzodiazépines ont été rapportés lors de l'instauration d'un traitement par l'orlistat chez des patients auparavant bien stabilisés. C'est pourquoi le traitement par l'orlistat ne doit être instauré qu'après une évaluation soigneuse des éventuels effets chez ces patients.
Lors de l'administration de warfarine ou d'autres anticoagulants en association avec l'orlistat (à une posologie élevée ou dans le cadre d'un traitement à long terme), il est nécessaire de contrôler les paramètres de la coagulation, par exemple les valeurs d'INR (International Normalised Ratio ou temps de Quick).
Lévothyroxine
Une hypothyroïdie et/ou une diminution du contrôle d'une hypothyroïdie peuvent survenir dans de rares cas. Le mécanisme, bien que cela ne soit pas démontré, pourrait faire intervenir une diminution de la résorption des sels iodés et/ou de la lévothyroxine.
Médicaments antirétroviraux
Une prudence particulière est de mise lors de la prise concomitante de médicaments antirétroviraux contre le VIH et d'orlistat. Des cas de diminution de l'efficacité des médicaments antirétroviraux contre le VIH ont été rapportés lors du traitement concomitant par l'orlistat (voir «Mises en garde et précautions»).
Aucune interaction n'a été observée lors d'études spécifiques portant sur les interactions avec les composés suivants: amitryptiline, atorvastatine, biguanides, digoxine, fibrates, fluoxétine, losartan, phénytoïne, phentermine, pravastatine, nifédipine GITS (Gastrointestinal Therapeutic System), nifédipine retard, sibutramine ou alcool.
De même, aucune interaction n'a pu être mise en évidence entre l'orlistat et les contraceptifs oraux au cours d'études spécifiques. A ce sujet, il convient de souligner que l'efficacité des contraceptifs oraux peut être compromise par des selles irrégulières, conséquences de la prise d'orlistat. C'est pourquoi il est recommandé d'instaurer une méthode additionnelle de contraception, tout particulièrement en cas de diarrhée.

Grossesse/Allaitement

On ne dispose d'aucune donnée clinique sur l'utilisation d'orlistat chez la femme enceinte.
Les études expérimentales chez l'animal n'ont fait apparaître aucun effet néfaste – direct ou indirect – sur la grossesse, le développement de l'embryon/du foetus, l'accouchement ou le développement postnatal (voir «Données précliniques»).
La prudence est de rigueur en cas d'utilisation d'Orlistat Spirig HC pendant la grossesse.
Etant donné que l'on ignore si l'orlistat passe dans le lait maternel, Orlistat Spirig HC ne doit pas être pris pendant la période d'allaitement.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Orlistat Spirig HC n'influe probablement pas sur l'aptitude à la conduite et à l'utilisation de machines.

Effets indésirables

Les effets indésirables d'Orlistat Spirig HC sont essentiellement de nature gastro-intestinale et sont liés aux propriétés pharmacologiques du médicament, lequel inhibe l'absorption des graisses ingérées. Ces effets indésirables peuvent consister en émission d'une sécrétion huileuse (27%), flatulence avec émission de selles (24%), défécation impérieuse (22%), selles grasses ou huileuses (20%), défécation accrue (11%) et incontinence des selles (8%). La fréquence de ces effets est proportionnelle à la teneur en graisses de la nourriture. Douleurs abdominales (20,5%) et selles liquides (15,8%) peuvent également survenir.
Lors des études cliniques, ces effets pharmacologiques ont généralement été transitoires et n'ont pas motivé l'arrêt du traitement. Les effets gastro-intestinaux sont survenus au cours des trois premiers mois du traitement et, chez la plupart des patients, sous forme d'épisode isolé. Seuls 3% des patients ont présenté plus de deux épisodes d'un des effets indésirables mentionnés cidessus.
Fréquences: «très fréquents» (≥1/10), «fréquents» (<1/10, ≥1/100), «occasionnels» (<1/100, ≥1/1000), «rares» (<1/1000, ≥1/10'000), «très rares» (<1/10'000).
Affections du système immunitaire
Fréquents: influenza.
Affections psychiatriques
Fréquents: anxiété.
Affections du système nerveux
Fréquents: céphalées.
Affecctions respiratoires
Fréquents: infection du haut appareil respiratoire, infection du bas appareil respiratoire.
Affections gastro-intestinaux
Très fréquents: douleurs et troubles abdominaux (21%), flatulence (24%), selles liquides ou molles (16%).
Fréquents: défécation involontaire, douleurs et troubles rectaux, troubles dentaires et troubles gingivaux.
Rares: nausée, vomissements.
Fréquence inconnue: hémorragie rectale, cholélithiase.
Affections hépatobiliaires
Dans des cas isolés: hépatite (aussi des cas sévères), augmentation des transaminases hépatiques et de la phosphatase alcaline.
Affections de la peau
Rares: réactions d'hypersensibilité: prurit, rash, urticaire, angio-oedème, bronchospasme, anaphylaxie.
Très rares: exanthème bulleux.
Affections du rein et des voies urinaires
Fréquents: infection urinaire.
Affections des organes de reproduction
Fréquents: règles irrégulières.
Troubles généraux
Fréquents abattement.
Des effets indésirables spécifiques au traitement ont été observés chez des patients obèses souffrant d'un diabète de type 2: hypoglycémie (très fréquemment) ainsi que flatulences (fréquemment) (voir «Mises en garde et précautions»). Les effets indésirables survenus au cours d'une étude de quatre ans possédaient un caractère général semblable à celui qui a été répertorié lors d'études conduites sur une à deux années. Dans ce contexte, la fréquence des effets indésirables gastro-intestinaux a été dans l'ensemble la plus forte durant la première année puis elle a diminué au cours des quatre ans.
Expériences après la mise sur le marché
Des diminutions des taux de prothrombine et des INR augmentés, ainsi que des dérèglements des traitements anticoagulants en cours avec modifications des paramètres hémostatiques, ont été signalés après la mise sur le marché chez certains patients recevant l'orlistat avec des anticoagulants (voir «Interactions»).
Des cas isolés d'atteinte hépatique sévère ont été rapportés. Certains d'entre eux ont nécessité une transplantation hépatique ou ont eu une évolution fatale.
La survenue de crises a été signalée chez des patients traités simultanément par orlistat et des antiépileptiques (voir «Interactions»).
Des cas d'hyperoxalurie et de néphropathie à l'oxalate ont été rapportés.

Surdosage

Dans les cas de surdosage apparus depuis la commercialisation de l'orlistat, il n'a été rapporté soit aucun effet indésirable soit des effets indésirables similaires à ceux observés à la posologie recommandée.
Dans le cas d'un surdosage significatif d'Orlistat Spirig HC, le patient doit être surveillé pendant 24 heures. L'expérimentation animale et les études cliniques permettent de conclure qu'un effet systémique attribuable à l'inhibition des lipases exercée par l'orlistat est rapidement réversible.

Propriétés/Effets

Code ATC: A08AB01
Mécanisme d'action/Pharmacodynamie
L'orlistat est un puissant inhibiteur des lipases, d'action spécifique et prolongée. Il exerce son activité thérapeutique dans la lumière de l'estomac et la portion supérieure de l'intestin grêle en formant une liaison covalente avec le site actif sérine des lipases gastriques et pancréatiques. L'enzyme inactivée ne peut donc plus hydrolyser les graisses alimentaires, présentes sous formes de triglycérides, en acides gras libres et monoglycérides facilement absorbables. Etant donné que les triglycérides non digérés ne peuvent être absorbés, le déficit calorique qui en résulte a un effet favorable sur le contrôle du poids. L'absorption systémique de l'orlistat n'est donc pas nécessaire à son activité.
L'action d'Orlistat Spirig HC entraîne, 24–48 heures après la prise du produit, une augmentation de l'élimination fécale de graisses. Après arrêt du traitement, le contenu fécal en graisses retrouve généralement ses valeurs préthérapeutiques en 48 à 72 heures.
Efficacité clinique
Les données provenant de cinq études de deux ans ont montré qu'après un an de traitement par 120 mg d'orlistat associé à un régime hypocalorique 20% des patients avaient perdu 10% ou plus de leur poids corporel, alors que tel n'était le cas que chez 8% des patients sous placebo. Après une année de traitement, la perte de poids moyenne était de 8,9% (8,8 kg), contre 5,6% (5,5 kg) dans le groupe placebo.
Au bout de deux ans de traitement, la perte de poids était de 6,7% (6,6 kg) sous orlistat, contre 3,7% (3,6 kg) sous placebo.
Les données issues d'une étude clinique de 4 ans dans le cadre de laquelle l'orlistat a été administré en association avec un régime hypocalorique (2000 au lieu de 2700 kcal) et un programme d'entraînement physique ont montré que la réduction pondérale obtenue avec l'orlistat était significativement plus importante que celle obtenue dans le groupe témoin ayant uniquement suivi des mesures diététiques/physiques. La différence moyenne entre les deux groupes en ce qui concerne la perte de poids était de 4,4 kg après un an et de 2,7 kg après 4 ans. Après 4 ans, 21% des patients traités par l'orlistat avaient perdu ≥10% de leur poids, contre 10% des patients du groupe placebo. Le nombre d'événements liés au développement d'un diabète de type 2 a en outre pu être réduit. Par ailleurs, il a été observé une diminution du taux de cholestérol total (sans influence sur le rapport LDL/HDL), de la pression artérielle, du tour de hanches et de la graisse viscérale, par comparaison avec le groupe placebo. La question de savoir si les différences observées par rapport au placebo doivent être attribuées exclusivement aux pertes de poids différentes ou si des effets complémentaires de l'orlistat pourraient en être responsables n'a pas été étudiée.
Les données rassemblées au cours de quatre études d'un an et de trois études de six mois montrent que, parmi les diabétiques de type 2 avec surpoids (IMC ≥28 kg/m²) ou obèses (IMC ≥30 kg/m²), 9% des patients sous orlistat ont répondu au traitement (perte de poids ≥10%), contre 4% des patients sous placebo. Chez ces patients, la différence moyenne au niveau de la perte de poids entre orlistat et placebo a été de 2,4 kg. Pendant toute la durée de l'étude, tous les patients ont reçu un régime légèrement hypocalorique en plus de leur médication antidiabétique habituelle. La perte de poids chez ces patients s'est accompagnée d'une baisse de HbA1c, de la glycémie à jeun et de la glycémie postprandiale. La question de savoir si les différences observées par rapport au placebo doivent être attribuées exclusivement aux pertes de poids différentes ou si des effets complémentaires de l'orlistat pourraient en être responsables n'a pas été étudiée.
Adolescents
Dans une étude menée pendant plus d'un an, des adolescents de 12 à 16 ans (âge moyen: 13,5 ans) ont reçu, après 14 jours de régime, soit de l'orlistat à raison de 120 mg trois fois par jour, soit un placebo. Le traitement par l'orlistat a été associé à un régime alimentaire et à un programme d'activité physique. Dans le groupe orlistat, l'IMC a diminué de 0,55 kg/m² en moyenne, alors qu'il a présenté une hausse moyenne de 0,31 kg/m² chez les patients sous placebo. Une diminution de l'IMC de ≥10% a été constatée chez 13,3% des patients sous orlistat, contre seulement 4,5% des patients du groupe placebo. Au bout d'un an, 9,5% des patients traités par l'orlistat avaient perdu ≥10% de leur poids, contre 3,3% des patients sous placebo; la différence moyenne entre les deux groupes était de 2,6 kg.

Pharmacocinétique

Absorption
Des études menées chez des sujets de poids normal et des sujets en surpoids ont montré que le taux d'absorption de l'orlistat et de ses métabolites (≤3%) était minime. Les concentrations plasmatiques d'orlistat inchangé n'étaient pas mesurables (<5 ng/ml) huit heures après la prise orale du produit.
En général, aux doses thérapeutiques, la détection d'orlistat dans le plasma s'est avérée sporadique et les concentrations ont été extrêmement faibles (<10 ng/ml ou 0,02 µmol), ce qui est compatible avec une absorption négligeable.
Distribution
Le volume de distribution ne peut être déterminé, car l'absorption est minime et la pharmacocinétique systémique de la substance n'a pas été étudiée. In vitro, l'orlistat est lié à plus de 99% aux protéines plasmatiques (principalement aux lipoprotéines et à l'albumine). L'orlistat n'est absorbé qu'en très faible quantité dans les érythrocytes.
Métabolisme
Les données de l'expérimentation animale permettent de conclure que l'orlistat est essentiellement métabolisé dans la paroi intestinale. L'étude des petites fractions de substance absorbées au niveau systémique chez des patients obèses a montré que deux principaux métabolites, à savoir M1 (hydrolysation du cycle lactone à quatre atomes) et M3 (M1 après clivage de la fraction N-formyl de la leucine), étaient responsables de 42% de la concentration plasmatique totale.
M1 et M3 ont un cycle β-lactone ouvert et une activité inhibitrice extrêmement faible sur les lipases (respectivement 1000 et 2500 fois plus faible que celle de l'orlistat). Au vu de cette faible activité inhibitrice et des faibles concentrations plasmatiques aux doses thérapeutiques (respectivement 26 ng/ml et 108 ng/ml, en moyenne), ces métabolites sont considérés comme n'ayant pas d'effet pharmacologique.
Elimination
Des études chez des sujets de poids normal et des sujets en surpoids ont montré que l'excrétion fécale du médicament non absorbé était la principale voie d'élimination. Environ 97% de la dose administrée ont été excrétés dans les selles, dont 83% sous forme d'orlistat inchangé.
L'excrétion rénale cumulée de toutes les substances associées à l'orlistat représentait moins de 2% de la dose administrée. L'élimination totale (fécale et rénale) est survenue en 3–5 jours. L'excrétion d'orlistat a semblé similaire chez les sujets de poids normal et les sujets en surpoids. L'orlistat ainsi que les métabolites M1 et M3 sont éliminés par voie biliaire.
Cinétique pour certains groupes de patients
Les concentrations plasmatiques d'orlistat et de ses métabolites M1 et M3 mesurées chez les patients pédiatriques étaient semblables à celles des adultes après l'administration d'une même dose du produit. La proportion de graisses excrétée dans les fèces équivalait à 27% de la quantité ingérée avec la nourriture pour le groupe de l'orlistat; cette proportion atteignait 7% pour le groupe placebo.

Données précliniques

Les données précliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité en cas d'administration répétée, de génotoxicité, du potentiel carcinogène et de toxicité sur la reproduction n'ont montré aucun risque particulier pour l'homme.
Aucun effet tératogène n'a été observé dans les études de reproduction chez l'animal.

Remarques particulières

Influence sur les méthodes de diagnostic
Pas de données disponibles.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.
Remarques concernant le stockage
Ne pas conserver les capsules dures au-dessus de 25 °C. Conserver le médicament dans l'emballage original, à l'abri de l'humidité.

Numéro d’autorisation

65219 (Swissmedic).

Présentation

Orlistat Spirig HC caps 120 mg 42. (B)
Orlistat Spirig HC caps 120 mg 84. (B)

Titulaire de l’autorisation

Spirig HealthCare SA, 4622 Egerkingen.

Mise à jour de l’information

Septembre 2017.

2018 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home